CD du Monastère de Chevetogne

Image-empty-state.png

05 - Magnificat
14 - Exapostilaire du Vendredi Saint
23 - Volée de cloches

Chants de Lumière

Le Monastère de Chevetogne, dans les Ardennes belges, nous a habitués à de belles interprétations de chants chrétiens orientaux.

Dans ce CD, les moines ont eu l’excellente idée de nous présenter une sorte de « best of » de leurs créations. L’atmosphère qui en émane est lumineuse et d’une grande sérénité.

Autre intérêt de cette anthologie : un « balayage » des différents moments de l’année liturgique avec les grandes fêtes de la Vierge mais aussi les sommets des fêtes chrétiennes, de Noël à Pâques, de la Pentecôte à l’Ascension… Un beau « voyage » sous la direction rigoureuse du P. Thomas Pott.

Image-empty-state.png

01 - Cloches
24 - 2° exapostilaire des Matines
51 - Chéruvikon

L'étoile qui révèle le Soleil

Blottie entre les colines plongeant dans la Meuse, dans le piémont des Ardennes belges, l'abbaye de Chevetogne fait retentir depuis peu son carillon.

Les nouvelles cloches de ce dernier ont été fondues à Moscou. Et pour cause, les moines de Chevetogne sont investis depuis longtemps dans les chants liturgiques orthodoxes. Le carillon est une belle introduction à une suite d'antiennes, d'odes et de louanges à la Vierge Marie.

L'alchimie des voix est toujours envoutante... elles font preuve d'un art étonnant de la nuance, à l'infini. Le charme ne peut qu'opérer à l'écoute de cet enregistrement.

Image-empty-state.png

01 - Bienheureux l'homme
03 - Lumière joyeuse
19 - Exapostilaire

La Rencontre

Les moines de Chevetogne nous ont habitués à célébrer tout ce que l’Orient a fait découvrir de la Tradition chrétienne. Souvent avec plus d’éclat qu’en Occident

C’est le cas de la rencontre entre la famille de Jésus et le vieillard Siméon. Celui-ci est la voix de tous ceux qui attendaient le Sauveur : « Mes yeux ont vu ton salut. Ton serviteur peut s’en aller dans la paix ». C’est cette paix, précisément, qui transparaît, en particulier dans le Cantique de Siméon. Á lui seul, « il résume toute la thématique de la fête », de par la profondeur des voix et leur sérénité.

Image-empty-state.png

01 - Simandre
19 - Grande Doxologie
24 - Chant de la vénération

Ne me pleure pas, ma Mère

Détresse ? Découragement ? Tels pourraient être les sentiments de ceux qui suivaient Jésus jusqu’au jour de sa mort et qui pleurent maintenant auprès de son tombeau.

Certes, dans cet office de Matines du Samedi Saint, ces sentiments sont bien présents. Mais à la gravité de la mélodie et des voix, si profondes, se mêlent la sérénité et comme une espérance, que justifient ces paroles de Jésus à Marie : Ne me pleure pas, ma mère.

En effet, demain, ce sera la Résurrection !

Image-empty-state.png

02 - Grand prokimenon du Dimanche
09 - Ayant vu ta Résurrection
18 - Evloghitaria

Entre Terre et Ciel

Le titre de ce CD résume la liturgie byzantine entre Pâques et Ascension.


Les Orientaux font d’ailleurs de ce temps un seul grand jour de fête, celui où s’entremêlent la joie, le triomphe et la tendresse de Dieu pour les hommes. Ces sentiments sont magnifiquement exprimés par les mélodies tantôt éclatantes, tantôt méditatives, toujours pleines de nuances.

Que de rutilants accords aussi entre la profondeur de certaines voix qui évoquent la terre et l’éclat d’autres voix qui nous amènent déjà à une contemplation du ciel !

Image-empty-state.png

05 - hymne Lumière Joyeuse
13 - Dieu est avec nous
26 - Vous tous, baptisés

Théophanie

Les Eglises d’orient, le 6 janvier, fêtent la manifestation de Dieu en la personne de son Fils, son baptême dans le Jourdain : c’est le début de sa vie publique.

C’est aussi le rappel de l’enseignement de St Paul adressé à nous tous : « Vous tous qui avez été baptisés… ». Ce passage est sans doute le plus profondément émouvant par ses riches tonalités et ses brillants accords. Il est comme l’expression de notre adhésion à Dieu et nous invite à le « manifester » à notre tour.

Image-empty-state.png

06 - Hymne Lumière Joyeuse
10 - Tropaire de la fête
26 - Grande Doxologie

Pentecôte

50 jours après Pâques, toutes les églises chrétiennes célèbrent la fête de la Pentecôte. Cet office, commémore le don de l’Esprit Saint et le renouvellement de toutes choses.

Des premières vêpres jusqu’aux matines de la fête, ce CD réunit, selon le rite Byzantin, toute la joie pascale qui anime les grandes étapes de l’histoire de Dieu avec les hommes.

Image-empty-state.png

01 - Procession d'entrée
09 - Cathisme 5° ton
17 - Litanie des défunts

Funérailles

Cet enregistrement invite à méditer librement le deuil, selon le rite byzantin.

L'office célébré à l'église, intégralement enregistré ici, est une grande litanie de psaumes et prières. cette profonde musique crée l'espace et le temps indispensables, afin que l'affliction ne l'emporte plus sur l'espérance.

Image-empty-state.png

02 - Le Seigneur est Dieu
08 - Mégalynaire
16 - Kondak de l'Acathiste

Annonciation et Acathiste

La nature présente les prémices de réveil et d’espérance : c’est alors que l’ange Gabriel vient annoncer à Marie sa future et mystérieuse maternité, qui sera aussi un tel signe d’espérance pour l’humanité.

Moins connu des chrétiens d’Occident, l’Acathiste est la liturgie où l’on se « tient debout » pour célébrer la gloire de Marie Mère de Dieu. L’hymne qui la chante aurait été entonné pour la première fois lors de la levée du siège de Constantinople, le 7 août 626.

Image-empty-state.png

01 - Sonnerie et procession
09 - Tropaire pénitentiel
19 - Lumière joyeuse

Chant Liturgique Slave

La vocation du monastère bénédictin de Chevetogne, en Belgique, a été, dès sa création en 1925, de prier pour l’unité des chrétiens.

Dans ce contexte, c’est à Dom Grégoire, spécialiste de la culture slave et, par ailleurs, excellent musicien, que revient un nouveau départ à Chevetogne dans les années 1950.
une appropriation de la langue liturgique slavone. Le résultat est éloquent.

Image-empty-state.png

07 - Dieu est avec nous
19 - Grande Doxologie
20 - Tropaire de la fête

Nativité du Seigneur

La naissance du Christ : un moment dont la grâce et la jubilation se communiquent à l’ensemble du cosmos. Par ces mots, le Père Gimenez, qui a dirigé cet enregistrement, traduit à merveille l’importance de l’instant.

Il le traduit également dans la direction du chœur des moines de Chevetogne. Les hymnes orientaux et autres chants se succèdent, avec des accents tour à tour vifs, majestueux ou triomphants, tout à fait au diapason de ce grand événement qu’est la Nativité.

Image-empty-state.png

01 - Psaume 136
10 - Chant de la Grande Entrée
11 - Notre Père

Le Grand Carême

Rappelant les quarante années du peuple juif au désert et les quarante jours de « retraite » de Jésus, au désert également, le Grand Jeûne précède Pâques.

C’est toute une pédagogie de marche vers la Résurrection qui est mise en œuvre dans les chants retenus ici : l’âme se purifie dans de longues méditations, le cœur se met dans l’état du « veilleur ».

Cela n’empêche pas une grande solennité comme dans le psaume 140, ou l’annonce d’un printemps, comme dans l’Hymne acathiste, consacré à la Mère du Rédempteur.

Image-empty-state.png

06 - Vous tous qui avez été baptisés
09 - Hymne de la Grande Entrée
15 - Procession de la nuit

Pâques

Ce double CD est un enchantement. Des voix profondes mettent à notre portée le mystère pascal, comme savent le faire somptueusement les Eglises orientales.

Les différentes pièces, héritées de la Tradition, nous font revivre la joie de la Résurrection. C’est l’indicible Passage qui nous est ainsi évoqué : depuis le retour d’Exil d’Israël, jusqu’à son total éblouissement dans la scène du Tombeau vide, au matin de Pâques

Image-empty-state.png

01 - Alleluia
20 - Theotokion
29 - Anaphore

La dernière Cène

Tous les grands peintres classiques ont représenté la Cène, ce dernier repas du Christ la veille de sa mort, ce repas où Jésus partage le pain et le vin et fait déjà don de sa vie.

Nous sommes donc ici au seuil d’un grand mystère. Ce mystère, si capital pour les chrétiens, est souvent repris également par les compositeurs et bien davantage dans les chants liturgiques

Les Églises orientales donnent encore plus d’ampleur à ce moment où les « psaumes chantés deviennent réalité » pour Jésus, comme dans le pathétique « pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Le chœur des moines de Chevetogne rend avec éclat ces « instants de plénitude »

Image-empty-state.png

02 - Grande litanie
10 - Alléluia
12 - Hymne des Chérubins

Divine Liturgie

La célébration de l’Eucharistie est au cœur de la vie du chrétien. Nous laissons-nous toujours guider par la riche liturgie qu’elle a inspirée ?

Les moines de l’abbaye belge de Chevetogne, à travers leurs chants liturgiques byzantins, nous aident précisément , à leur manière, à redécouvrir cette Incarnation du Fils, renouvelée chaque jour sur l’autel : la puissance vocale maîtrisée, allant de pair avec la méditation, nous fait pénétrer au plus profond du mystère. Le patrimoine oriental mis en œuvre ici y est pour beaucoup.

Image-empty-state.png

06 - Hymne Joyeuse Lumière
11 - Cantique de Syméon
40 - Tropaire de la vénération

Exaltation de la Croix

« Toi le signe d’où rayonne la vraie joie ; exaltée, tu renverses l’ennemi, tu es notre secours et notre appui ».

Cette invocation à la vraie croix illustre bien la tradition byzantine, que perpétuent les moines de Chevetogne. Ces mélodies mettent en exergue toute la puissante symbolique de la Croix du Christ depuis sa découverte attribuée à Ste Hélène, la mère de l’empereur Constantin, au 4e siècle.

On remarquera entre autres les « coloris » tout en nuances des Matines consacrées à la Vénération de la Croix.