CD de Goffroy Dudouit - YOD

Image-empty-state.png

Nouveau

01 - In principio Deus
06 - Intonuit de caelo
08 - Fons hortorum

Ad fontes aquarum

Troisième CD de chant grégorien enregistré par Geoffroy Dudouit, ici sur le thème de l’eau. Il s’entoure désormais d’un groupe de 10 chanteurs nommé « YOD ». Il n’est plus seul loin de là et leur présence assure une variété à peine croyable de timbres et de « formations », donnant un souffle formidable à cet enregistrement.

C’est aussi le résultat d’années de recherches, avec toujours le souci de « bien chanter », en privilégiant une pose de voix qui engage tout le corps…

Surprenant, disiez-vous ?

Image-empty-state.png

02 - Te Deum laudamus
06 - Dum esset salvator
10 - Viderunt omnes

In omnem terram

On pourrait penser que notre époque n’est plus sensible à ces mélodies venues du Moyen-Âge ou de plus loin encore.

Les foules sont moins nombreuses à goûter cette musique, à moins que ce soit par nostalgie. On pourrait s’attendre aussi à quelques offices tels qu’on continue à les célébrer dans des monastères.

De tout cela, point. Geoffroy Dudouit a relevé le défi : il interprète le grégorien avec sa touche personnelle. Il le revisite, en quelque sorte. Et on se laisse aller volontiers au charme d’une musique qui prend ainsi certaines intonations orientales ; à moins que ce ne soit des réminiscences basques ou corses. Surprenant. Ne pas bouder ce plaisir !

Image-empty-state.png

03 - Jerusalem quae aedificatur
06 - Suscepimus Deus
12 - Urbs Jerusalem beata

In medio ecclesiae

Surprenant, cet enregistrement.

Geoffroy Dudouit nous en explique la genèse : son amour, tout jeune, pour le plain-chant médiéval, tout en revendiquant une sorte de synthèse de cet art vocal, synthèse des différents héritages, spirituels ou historiques. Le résultat ?

L’auditeur a l’impression de découvrir les origines du chant Grégorien, de redécouvrir ce répertoire particulièrement virtuose réservé au soliste ou à la « Schola », avec des consonances orientales, des phrases psalmodiées et les « bourdons » des 6 autres chanteurs qui invitent à la méditation ou, tout au moins, à une atmosphère pacifiée.

Ce dernier aspect a son importance quand on sait que l’artiste s’est attaché aux « représentation littéraires » de Jérusalem, la ville sainte. Surprenant donc, déroutant parfois, mais magnifiant toujours ces merveilleuses pièces grégoriennes !