CD à l'orgue de

la Basilique Ste Anne d'Auray

Image-empty-state.png

02 - Prière Op.20 - C. Franck
03 - Clameurs et Choral - C. Tournemire
04 - Media Vita - J. E-Bonnal

Michel Jézo

Comme chacun sait, la « dynastie » des facteurs d’orgue, les Cavaillé-Coll, a régné, pendant des décennies, sur la construction des grandes orgues françaises.

La basilique de Sainte-Anne d’Auray ne pouvait rester en marge de cette période faste et fit appel, en 1874, à la célèbre maison pour se doter à son tour d’un orgue digne de ce nom. Depuis 150 ans, l’instrument a connu bien des transformations mais a gardé pour l’essentiel les sonorités des origines.

On comprend dès lors le plaisir que ressent Michel Jézo à y exercer ses talents d’organiste. On ne s’étonnera point non plus du choix des pièces et - en premier - celles de César Franck, qui, de suite, nous font mesurer l’infinie richesse des 41 jeux : ils permettent toutes les nuances, allant du mode méditatif à la rutilance d’un riche final !

Image-empty-state.png

01 - Orpheus - F. Liszt
02 - Fantaisie en La M - C. Franck
05 - Prélude op 28 - F. Chopin

Mickaël Gaborieau

On le sait, la véritable dynastie que représentent les facteurs d’orgue Cavaillé-Coll a laissé dans toute la France (et dans bien d’autres pays) des chefs d’œuvre d’instruments. Celui de Saine-Anne d’Auray date de 1874. Bien sûr, il a connu des modifications diverses mais sa remise à neuf en 2007-2010 lui a redonné toutes ses sonorités d’origine.

Organiste des célèbres orgues de Saint-Sernin de Toulouse, Michaël Gaborieau a choisi d’interpréter des compositeurs du XIXème siècle pour faire rendre aux orgues de Sainte-Anne toute la richesse de ce merveilleux instrument. Un plaisir que ne bouderont pas les mélomanes !

Image-empty-state.png

01 - Toccata - 4ème Symph. de Widor
05 - Adagio - 4ème Symph. de Widor
08 - 3e Choral de Franck

Véronique Le Gen

Les orgues de ce sanctuaire breton - du facteur Cavaillé Coll - ont été rénovées entièrement début des années 2000. Les organistes chevronnés ont plaisir à y jouer et à faire retentir toutes les riches sonorités de l’instrument.

Véronique Le Guen fait partie de cette palette d’artistes. Elle a choisi pour cela d’interpréter une symphonie de Charles-Marie Widor et trois chorals de César Franck. Le premier, à l’âge de 11 ans, remplace son père sur les orgues de Saint-François de Sales à Lyon et consacre sa vie à l’orgue en général. Le second, belge d’origine, est une des grandes figures musicales du XIXème siècle.

L’instrument d’Auray rend toutes les sonorités nuancées ou, au contraire, flamboyantes nées sous l’inspiration des deux compositeurs. Une découverte (ou redécouverte) qui offre bien du plaisir !